Le commencement du consentement

Le jour où jai choisi de me faire confiance…
22 février 2017

Source: giphy.com

Dernièrement, on entend beaucoup parler de consentement dans les médias.  (J’aime beaucoup ce petit vidéo qui explique de manière un peu humoristique ce qu’est le consentement)

La culture du viol, les agressions, le harcèlement, c’est sérieux. Mais ça commence où le consentement? Tout d’abord, quelques statistiques sur les agressions sexuelles;

  • Les 70% des victimes sont âgées de moins de 18 ans.
  • 98 % des agresseurs sont de sexe masculin.
  • 20 % des agresseurs ont moins de 18 ans.
  • La majorité des victimes connaissaient l’auteur présumé, soit 86 % des jeunes victimes

Source: http://www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca/fr/mieux-comprendre/statistiques.php

 

 

Ma grande réflexion a commencé cette semaine, alors que mon grand de 9 ans revenait du camp de jour:

Moi: « Puis ta journée? Tu as eu du plaisir? »

Z: « Oui… Mais il est arrivé quelque chose que j’ai pas aimé… »

Moi: « Ah oui? Quoi donc? »

Z: « Ben on a joué à la « tag cupidon »… Puis là j’ai été touché et comme je voulais pas donner de bec à la fille, mon moniteur m’a obligé à donner des câlins à 5 filles. »

Bon, dans les fait, c’est une anecdote tout à fait anodine. J’étais pas fâchée du tout. Mais ça m’a trotté dans la tête toute la soirée. Après discussion avec mon conjoint, on en est venus à une conclusion: on ne devrait jamais être forcé à avoir des contacts physiques avec autrui, même si c’est innocent comme un câlin.

Puis j’ai réalisé que moi même je faisais cette erreur depuis belle lurette. « Allez, donne un bisou à grand-maman! » ou « Donne un câlin à ton ami là, on s’en va! ».

Source: giphy.com

 

 

C’est insignifiant, mais quand on y pense, on force notre enfant à avoir des contacts physiques dont il n’a pas vraiment envie. Le message qu’on envoie, c’est que quand on aime, qu’on ait envie ou non, on donne des becs ou des câlins.

Si on pousse à l’extrême la réflexion, si ta fille aime un garçon, il faudrait bien qu’elle l’embrasse, n’est-ce pas? Et si mon ado est amoureux, il FAUT qu’il fasse l’amour, c’est logique non? Et si j’aime mon mari, je DOIS faire mon devoir conjugal que j’aie mal à la tête ou pas, on se comprend?

Les contacts physiques, qu’ils soient sexuels ou non, devraient avoir lieu lorsque les deux personnes en ont envie.

POINT FINAL.

Alors à partir de maintenant, je vais encourager mes garçons à renforcer cette façon de penser. Tu n’as pas envie? Eh bien, ça ne veut pas dire que tu n’aime pas la personne. La prochaine fois, quand tu auras envie de faire un câlin à grand-maman, fait le au moment où ça te plaît! Mes enfants sont affectueux, je n’ai pas peur qu’ils arrêtent de l’être parce que je cesse de leur imposer. Je vais donc reformuler. « On s’en va! As-tu envie de faire un bisou à grand-maman? ».

Le consentement, ça commence dès la petite enfance…

Et vous? Demandez-vous à vos enfants d’avoir des contacts avec ceux qu’ils aiment, « parce qu’ils les aiment »? Innofensif ou pas selon vous?

 

1 Comment

  1. Stephanie dit :

    Depuis qu’ils sont tout petits je dis à mes enfants qu’ils ont le droit de refuser les câlins et bisous, y compris à moi-même leur maman. Par contre ils sont obligés d’être polis et courtois. Dire bonjour ou au revoir, être gentil, regarder les gens qui leur parlent. Au début ma famille à trouvé ça dur. Eux ils obligeaient les câlins de politesse. Et quand l’enfant refusent ils manipulent en ayant l’air triste. C’est dur changer ces mentalités. Mais ça vient avec le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *